Sélectionné :

Narcisse

19,00

Narcisse

19,00

Choisir de rééditer un tel ouvrage, ancien et non «achevé», simplement parce qu’il est introuvable, parce que né de la plume d’un poète d’Aix-en-Provence exclusivement reconnu pour ses conversations et son amitié avec Paul CEZANNE, tout est bon à prendre, ou parce que tout l’Oeuvre de cet auteur éguillen Joachim GASQUET, devrait participer de la vie intellectuelle du Pays d’Aix en 1900 et s’imposer à notre connaissance ? Non, bien sincèrement et simplement, parce que l’intemporalité du thème de Narcisse, méritait en soi qu’on s’y penche, ouvrant sur la pérennité ou la récurrence d’un certain symbolisme en poésie, sa spécificité d’inclassable et ses évolutions…

 

Description

Entre lyrisme, mysticisme et symbolisme : le « Narcisse » de Joachim GASQUET (1873-1921).
Profondément philhellénistes ou cultivés, enclins aux questionnements de leurs époques, à la place que l’homme revêt sur terre ou encore habités par une étrange spiritualité, quelques grands artistes et écrivains ont revisité le cas Narcisse, mi-homme, mi-fou, mortel et divin, amoureux d’une image…
Joachim Gasquet va lui aussi se pencher sur ce miroir, ce symbole : « ce mince monde » tel qu’il évoque à la fois la porte de la connaissance et le seuil d’un ailleurs, se focaliser sur l’hypothèse d’une Unité telle qu’elle n’existe qu’en nous ou plutôt dans l’instant suspendu de la révélation. Motivé par une lutte intérieure cherchant à réconcilier la réflexion et l’action et par celle extérieure offrant une controverse au symbolisme de salons, sa critique dérive en un chant gorgé de symboles innés, une cascade remplie d’échos, un hymne naturel et grandiose offert à la polyphonie des Idées.
L’onde limpide renvoie l’image du corps mais aussi du microcosme intérieur en parfaite harmonie avec la nature, réfléchit le macrocosme et suggère la perfection qui les relie ; mais cette ressemblance (cet « à l’image du Tout ») est fugace, insaisissable, l’effleurer suffit à la brouiller.
Qu’en est-il alors de la vie, de la durée et de ce à quoi Narcisse aspire ?
L’intérêt que l’auteur porte très tôt, aux Maladies de l’Imagination et sa découverte des cahiers verts d’un jeune aixois interné, vont donner légitimité à son lyrisme, lui permettre d’abuser des comparaisons, autoriser l’ambiguïté et provoquer la métaphore.
Le langage devient passage, l’esprit de l’homme un verre transparent à mi-chemin entre la nature et le divin, et le « comme » s’efface au profit d’un déplacement, d’un monde vers un autre monde. L’imagination est en liberté, elle plonge, elle saute, elle défie le temps, elle enjambe les espaces brimés et confie ses résonances mystérieuses susceptibles d’interprétations multiples, elle métamorphose les préjugés.
Est-il donc folie de se complaire en l’Amour puisqu’il est impossible ; folie de se réfugier en la Beauté perçue qu’on ne peut embrasser ; folie de s’acharner à maintenir la grâce en la Nature humaine ; folie de tenter une fusion entre panthéisme et monothéisme ; folie de recevoir autant d’informations simultanées, précises qu’on ne peut que parcimonieusement traduire ; folie de désirer le bonheur comme on rêve d’une femme, de le chercher à toutes les sources d’où pourra sourdre l’âme, la dulcinée, la quête…?
Joachim Gasquet appartient à ce Grand XXème siècle ébranlé politiquement et socialement, qui sort des guerres napoléoniennes, accumule les changements de régimes et se reconnaît dans un réalisme inspiré par les découvertes scientifiques ; il s’agit de peindre la société telle qu’elle est, entre cupidité et misère sociale, hérédité et modernité…Tout un programme contre lequel les poètes vont s’insurger…
Entre 1891 et 1906, divers courants tentent de prononcer la mort du symbolisme et notamment celui que Mallarmé incarnait. L’Ecole romane, l’Ecole française, l’humanisme, le Naturisme, les Toulousains… tous participent finalement à l’essor d’une nouvelle vision, à cette unité possible entre l’homme et le monde, à cette harmonie musicale réconciliant le passé et l’avenir, la vérité et la beauté, les idéaux et leurs formes, le symbole et la vie. Le langage innove en rapprochant l’Antiquité, la nature, l’ésotérisme et les mystères, les légendes et les mythes, les sensations humaines et leurs correspondances qui deviennent synesthésie ! Quant au poète, il se fait mage ou chaman toujours investi de sa haute fonction visionnaire mais au service des Idées primordiales et du questionnement métaphysique (l’existence, l’essence, l’âme, l’origine et la fin…), il suggère et propose une énigme, il évoque les analogies infinies qui se tissent cachées entre le monde sensible et le Sens (entendu comme vérité ineffable -réalité de l’insensé), il dévoile alors une nouvelle langue !
Le romantisme allemand, avec Goethe ou le mysticisme de Novalis inspire ce possible contre-pied qui va justifier et conforter l’émergence du symbolisme de la fin du XIXème. Ce sera Maeterlinck et non Gide qui délivrera une traduction de Friedrich von Hardenberg (1772-1801) et qui inspirera le surréalisme. Tous se lisent et se côtoient, les salons vont bon train, la poésie classique est morte et le langage de la folie revendique le droit d’être plus « vrai » que le réalisme, d’être au plus juste s’il devient intuitif et ancré dans l’archaïque, le primitif, le légendaire, le mythologique, le passé, le rêve…
Les « Narcisse » de Paul Valéry et Joachim Gasquet émanent de ce contexte, décliné en variations de 1891 à 1941 pour l’un, écrit et retouché de 1893 à 1921 pour l’autre. Tous deux symbolistes et disciples de Mallarmé, pétris par des Maîtres proches (André Gide ou Paul Cézanne), ou d’entourage (Edouard Manet et Frédéric Mistral), leurs destins de provinciaux se séparent pourtant dès 1894. Tandis que Valéry monte à Paris, délaisse la poésie et reste donc à l’écart des querelles (jusqu’à la parution de «La jeune Parque» en 1917), Gasquet lui, participe aux tentatives littéraires disparates de l’époque. Directement mêlé aux ascensions de groupes et aux dissensions, impliqué dans la direction de Revues, son syncrétisme poétique, philosophique et religieux ne sera pas compris qui englobe toutes ses lectures et toutes ses amitiés. Puis vient l’heure de la guerre également et Joachim lui seul, part et reviendra blessé, hors NRF, transformé encore et dédaigné ; maudit ? laissant à sa mort les fragments retouchés d’un Narcisse somptueux, pétales rassemblés et publiés à
titre posthume par Edmond Jaloux en 1931.
Le symbolisme réclame un «je» chercheur qui tente d’évoquer l’indicible, l’invisible, le voilé, l’étrangeté, l’indéfini et l’infini… il crée des ponts, rapproche des termes qui appellent des associations inédites, provoquent des connexions et convoquent l’irréalisé ! C’est ce que le poète et critique d’art aixois (ami de Paul Cézanne) nous propose en effet dans cette oeuvre lyrique délibérément rédigée en prose. Alors ce symbolisme tient au cœur plus qu’aux recettes de quelconques gloires, il est à NOUS TOUS, et s’éveille à la lecture d’oeuvres mystérieuses tel que le Narcisse de Joachim GASQUET, fussent-elles oubliées ou
reconnues, anciennes ou à venir…

Informations complémentaires

Dimensions 21 x 14.8 x 1.3 cm
Fermer le menu
×
×

Panier