Retour sur le 7ème Salon du Livre de Morières-Lès-Avignon et l’accueil de Parmi les égarés

Marc ROSS était ce 13 octobre au 7ème Salon du livre de Morières-Lès-avignon, organisé par Nadia Bergougnoux-Zékri présidente de l’association Au Fil Des Mots ; à ses cotés, les partenaires d’un Salon réussi mais aussi les bénévoles, les auteurs, les invités dont le parrain de cette édition Smaïn qui a saupoudré la journée de tirades ponctuées d’éclats de rire… et le public qui a lui aussi contribué à faire de cet événement un rendez-vous chaleureux et ensoleillé, en se déplaçant nombreux et curieux.

Parmi les égarés était présenté tout fraîchement au regard des lecteurs et deux beaux premiers retours écrits nous sont parvenus ! Nous remercions leurs auteurs et nous avons la joie de partager leur enthousiasme avec vous :

« Au salon du livre de Morières : Marc Ross m’a dédicacé  » Parmi les égarés  » que depuis j’ai lu… à haute voix comme il m’a invité à le faire.
C’est peu dire que j’ai aimé. Avec des mots précis comme peuvent l’être des images, le poète raconte l’histoire d’un désastre ; celui consécutif au tremblement de terre qui en 1954 détruisit Orléansville en Algérie (aujourd’hui Chlef.) Cependant, les plaintes et les larmes ne s’y lisent pas. Elles survolent, avec pudeur, les décombres, sans bruit, discrètes, par respect pour les morts…Je sais déjà que plusieurs fois je vais relire ce recueil pour en saisir toute la profondeur des textes. »
—– Marcel Tauleigne —–

« C’est un beau livre. Le choix des photos en sépia et noir, comme une pause entre les mots, souligne l’émotion. L’évocation de Sodome et Gomorrhe donne le ton pour situer le drame, puis viennent les images du moment présent, de ce quotidien bousculé. Marc Ross réussit en quelques pages à nous mettre les larmes aux yeux. Son long poème est humain, cruel, juste et plein d’espoir. Et il n’y a aucun hasard si son dernier mot est celui de moissons. De ligne en ligne, de page en page, je découvre un style nouveau qui ne cède pas à un lyrisme facile mais nous offre un grand et beau poème. »
—– Madeleine Lenoble —–

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier